Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

L’Iran au coeur d’un conflit musical

0

Si écouter nos groupes préférés à la radio ou sur les plateformes de streaming semble être chose normale, ce n’est malheureusement pas le cas en Iran. Focus sur un pays où musiques interdites et liberté se mêlent. 

Où sont passés les titres iraniens de 1967 à 1978 ?

Ici, tout est différent, les libertés sont acquises, les droits également, mais quand on regarde ailleurs, que se passe-t-il ? Dans certains pays, écouter ses groupes préférés à la radio où créer sa playlist sur son compte Spotify n’est pas une mince affaire. C’est notamment le cas en Iran, pays où les mouvements antigouvernementaux font partie du quotidien et où l’acquisition des libertés font l’objet de combats journaliers. Outre les limitations et autres conflits sociaux, c’est par une toute autre problématique que les Iraniens sont aujourd’hui troublés. Gérée par le ministère de la Culture et de l’Orientation Islamique depuis plus de 40 ans, la production de musique est devenue chose complexe. Ainsi de 1967 à 1978, bon nombre de compositions aux inspirations quelque peu occidentales ont fait l’objet de non-diffusion.

Que ce soit de la pop, du funk ou encore du rock, de nombreuses pistes iraniennes se sont ainsi vues murées dans le silence. Pour contrer cette décision, des labels et autres acteurs de la sphère musicale mènent leurs combats afin de mettre en avant ces morceaux oubliés. C’est notamment le cas du label Collapsing Market qui s’attaquait à la réédition de certaines oeuvres de Morteza Hannaneh il y a peu. Si pour l’instant, la guerre est loin d’être terminée, les quelques victoires remportées restent néanmoins significatives. Pour découvrir de quoi les années 70 étaient composées en matière de musique en Iran, c’est par ici. 

À propos de l’auteur

L'écriture a toujours été pour moi, une échappatoire. Fan cachée de reggae, je peux également écouter de la pop et même du métal. Grande rêveuse à mes heures perdues, j'aime imaginer des scénarios improbables et romantiques sur des mélodies entraînantes.