Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Il nous aura fallu patienter quelques années avant de pouvoir savourer l’heureuse nouvelle. On ne s’y attendait pas, mais oui Dan Auerbach, chanteur et guitariste du groupe The Black Keys va bel et bien sortir un nouvel opus. Cochez le 2 juin dans votre calendrier !  

Un premier extrait dévoilé

Alors qu’en 2009, l’artiste avait déjà attiré l’attention avec « Keep it hid », un album solo plutôt réussi, il connaît par la suite une ribambelle de succès. On entend bien par là, les albums studio : « Brothers », « El camino » et « Turn Blue » composés avec son groupe. Néanmoins, le chanteur s’est décidé à quitter une fois encore le cocon familial puisque c’est une envolée en solitaire qui l’attend. Dévoilé en fin de semaine dernière, « Shine on me » se distingue comme un titre lumineux. Un buffet musical rempli de couleurs et qui nous balance d’ores et déjà une belle claque.

Avec « Shine on me », Dan Auerbach signe un titre enjôleur. Accompagné par le rythme plaisant de la guitare de Mark Knopfler, on se retrouve entraînés dans un cosmos phosphorescent et solaire. Une flopée de couleurs qui nous confortent dans cette idée de joie et de bonne humeur. Le chanteur nous livre un clip animé dont il est le seul « véritable être humain ». Un ensemble totalement WTF. Des extra-terrestres, des animaux conduisant des bolides…oui oui, la vidéo est bercée par un univers hallucinatoire. Bien que le style que nous présente Dan est différent de ce que l’on peut retrouver de base avec The Black Keys, on apprécie le tournant qu’il prend avec ce nouvel opus (intitulé « Waiting on a song ») disponible dans les bacs le 2 juin prochain !

Vieille Chevrolet en mains, direction la route 89. La chaleur, le grand vide, radio allumée, « Shine on me ». La concoction est parfaite pour s’exhaler sur ce titre mielleux d’allégresse et d’ivresse.

Partager l'article

À propos de l’auteur

Marion Sebastia

’ai toujours aimé écrire. Comme j’ai toujours rêvé d’être dans cette foule, au festival de Woodstock, les pieds nus emportée par la musique et figée dans l’instant. J’aurais aimé vivre à l’époque « Gainsbarre »... J’écoute du Tame Impala et danse en culotte le matin quand je suis seule sur du Baxter Dury. C’est une raison pour me lever le matin. Après le café.