Covid-19 : le fléau des soirées clandestines fait craindre le pire pour le Réveillon du Nouvel An

Depuis le début de la crise sanitaire, l’industrie de l’événementiel, spectacles et concerts en tête, est durement touchée. Alors que les événements son considérés #PasEssentiels, les soirées clandestines flambent.

Par Stéphane Bernault  - Mis à jour  

Covid-19 : le fléau des soirées clandestines fait craindre le pire pour le Réveillon du Nouvel An

Soirées clandestines, Réveillon du Nouvel An et Broute

Broute et Bertrand Usclat ont bien résumé le bordel que sont les soirées clandestines avec leur dernière vidéo humoristique. Surtout que malgré les contrôles, malgré les recommandations, elles fleurissent ces soirées illégales qui ne respectent ni le confinement ni les gestes barrière… Ce weekend du 12 et 13 décembre, 3 grosses soirées ont été démantelées à Nantes, Strasbourg ou encore Marseille… Dans la cité phocéenne, ce sont près de 600 personnes qui étaient réunies dans un hangar désaffecté. Pour une entrée à 150€, les personnes pouvaient donc : ne pas porter de masque et s’amuser, au mépris des recommandations sanitaires en vigueur sur de la musique, en dansant (ouais, à nous aussi, ça nous manque mais on le fait seul dans notre salon (mais c’est pas pareil)).

Les autorités commencent à craindre le pire pour les prochaines festivités de fin d’année. Le gouvernement, lui, a anticipé le rebond épidémique à venir des fêtes de fin d’année et a décidé de maintenir son couvre-feu de 20h à 6h, le soir du Réveillon du Nouvel An. Mais à la vue de la situation, pas sûr, malgré un dispositif policier énorme, que cela empêche les gens de se réunir et de faire la fête… avec des prises de risque.

Si Fillon doit rendre l’argent, Castex doit rendre la Culture !

Depuis l’annonce de la prolongation de la fermeture des lieux de culture (théâtres, salles de spectacle, cinémas, salles de concerts, musées, boîtes de nuit…) par le Premier Ministre Jean Castex, la colère gronde et les spectateurs, les artistes et les fans veulent retrouver leurs lieux pour se changer les idées, danser, se cultiver… tout en respectant les gestes barrière et les protocoles sanitaires, évidemment !

Peut-être que ce semblant de retour à la normale pourrait faire baisser les fêtes illégales, véritables clusters en puissance… (ou les covid partouzes du côté de nos cousins belges) et éviter à beaucoup de monde de se retrouver dans de petits lieux à faire n’importe quoi et à continuer de faire propager le virus du Covid-19, qui, in fine, continue de nous contraindre à rester chez nous. En fait, c’est un peu le serpent qui se mord la gueule cette histoire. Vivement qu’il se bouffe tout cru et que le Covid disparaisse enfin de nos vies pour nous laisser retrouver les dancefloors, les bars et les fosses de concert… Ouais, vivement 2021…

Sinon pour ceux qui veulent faire la fête pour le Réveillon du Nouvel An sans quitter leur confortable foyer : il y a une soirée gratuite avec Jean-Michel Jarre dans Notre-Dame de Paris ou alors, le Tomorrowland propose une soirée exceptionnelle à vivre sur un écran !