Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Allez, hop, Yaniss Odua nous offre une fin de journée version « vacances au soleil ». Sourire et joie de vivre garantis avec cette nouveauté musicale intitulée « La maison ne fait plus crédit ». 

Rendez-vous en Jamaïque

Yaniss Odua, c’est le gars « pépouze » qui nous propose des titres à l’énergie devenue contagieuse. En effet, après son dernier album pétillant intitulé « Moment idéal » sorti en 2013, le reggae ska du chanteur français s’était ancré dans nos playlists comme un second souffle qui nous donne vraiment la pêche. Si son nom ne vous dit encore rien, peut-être vous rappellerez-vous des titres « Rouge Jaune Vert » (2013) ou encore « Chalawa » (2014) ? Devenu très vite une figure emblématique du reggae, Yaniss fait « son petit bonhomme de chemin » nous promettant des années encore bien colorées et il a notamment choisi 2017 pour signer son grand retour avec le titre frais « La maison ne fait plus crédit », peu de temps avant la sortie de son nouvel album.

Deuxième extrait de son prochain album dont la sortie est programmée pour le 19 mai prochain, le titre « La maison ne fait pas crédit » se veut observateur d’un monde trop profondément ancré dans la crise économique. Sous la direction de Wilfried LK, Yaniss a arpenté les rues de la Jamaïque afin d’offrir un clip haut en couleur où la joie de vivre se fait ressentir pour une chanson pourtant bien réaliste : en effet, on entend l’artiste chantait « La maison ne fait plus crédit, sur le compte y a plus de money. Je n’ai pas le temps de faire la bringue, en ce moment pour moi c’est chaud. Je deviens encore plus dingue quand arrive la lettre des impôts ». Une manière de dire qu’il faut garder espoir même dans ce contexte ? C’est ce qu’on comprend quand on regarde les images de ce titre inédit signé Yaniss Odua. 

Partager l'article

À propos de l’auteur

L'écriture a toujours été pour moi, une échappatoire. Fan cachée de reggae, je peux également écouter de la pop et même du métal. Grande rêveuse à mes heures perdues, j'aime imaginer des scénarios improbables et romantiques sur des mélodies entraînantes.