Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Ils y travaillent depuis septembre dernier. Après s’être enfermés durant quelque temps dans le nid douillet des studios de musique, The Killers prévoit d’enlever le costume pour nous offrir un album tout neuf, tout frais, tout joyeux !

Un nouvel opus à l’horizon

Les adeptes du quatuor américain The Killers vont pouvoir tâter du terrain car leur nouvel album est en approche. Nos narines pétillent déjà sous l’odeur alléchante de ce nouvel opus, composé entre Las Vegas, San Diego et Los Angeles. Le tout sous la tutelle du producteur de U2 : Jacknife Lee. Bien que nous n’ayons aucune information relative sur la voie qu’aurait pu prendre le groupe, Brandon Flowers ainsi que Ronnie Vannucci se sont brièvement entretenus avec NME (New Musical Express).

« Le nouvel album sonne bien, on se demande toujours comment doit être un groupe en 2017. C’est un constant exercice d’expérimentation.On repousse les limites dans un sens, puis ensuite on fait machine arrière, nous sommes tous un peu mal à l’aise avec cette étape, mais quand nous en arrivons là, nous savons que nous sommes proches du but. » ont-ils déclaré.

C’est au British Summer Time que se rendra cet été The killers. Le groupe viendra présenter de nouveaux morceaux sur la fraîche herbe d’Hyde Park. Au côté de la troupe se tiendra également « White Lies » et « Tears For Fears ». Rendez-vous le 8 juillet prochain, pour un festival enflammé !

En attendant…

Alors que leur dernier album en date remonte à 2012 « Battle Born », le groupe made in Nevada, a offert pour Noël un joyeux présent à ses fans. Depuis une décennie, c’est une tradition qui se perpétue au sein du groupe puisque chaque année, les quatre acolytes produisent une compilation dans le but de récolter des fonds pour une oeuvre de bienséance. Ainsi, en décembre dernier le public a pu se régaler d’une compilation « Don’t Waste Your Wishes » dont voici l’un des titres !

Partager l'article

À propos de l’auteur

Marion Sebastia

’ai toujours aimé écrire. Comme j’ai toujours rêvé d’être dans cette foule, au festival de Woodstock, les pieds nus emportée par la musique et figée dans l’instant. J’aurais aimé vivre à l’époque « Gainsbarre »... J’écoute du Tame Impala et danse en culotte le matin quand je suis seule sur du Baxter Dury. C’est une raison pour me lever le matin. Après le café.