Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Quel week-end ! La semaine dernière avait lieu la quinzième édition du Mainsquare Festival, au coeur de la citadelle d’Arras, pour trois jours de musique, de fête et de bons moments entre amis et en famille. Entre 115 000 et 125 000 spectateurs ont profité de ce fantastique festival. Tu n’étais pas là ? T’inquiètes ! “Hey Alex !” va te résumer ce que t’as raté !

Au vu des différentes photos prises du ciel sur l’insta du Mainsquare, on peut dire qu’il y avait du monde, beaucoup de monde, venu se retrouver au coeur d’Arras pour découvrir des groupes de musique ou chanter des paroles qu’ils connaissaient déjà par coeur. 

Tous les styles étaient représentés… De l’électro de Martin Garrix au rock français de Skip the Use en passant par la chanson française d’Eddy de Pretto… pour le bonheur des petits et des grands.

Macklemore, l’une des grandes stars de cette édition !

Encore une fois, le Mainsquare a été un véritable village à part entière durant trois jours, sans compter le camping… Les trois scènes étaient tour à tour prise d’assaut, et le bastion, nouvelle scène créée cette année en partenariat avec la région n’a pas eu à rougir de sa première bougie. Les groupes locaux s’y succédaient attisant la curiosité de bons nombres de festivaliers venus voir les groupes du Nord se produisant bien souvent pour la première sur un festival de cette envergure. C’était le cas de Structures, venu d’Amiens, qu’Hey Alex a interviewé, retrouvez l’interview sur Soundcloud.

Le chanteur de Structures était… déchaîné !

Quelles soient françaises, anglaises ou bien même américaines, les stars se sont, elles, passé le flambeau sur les deux grosses scènes, la Green Room et la Mainstage. Ainsi, Angèle, Macklemore, ou DJ Snake ont contribué à cette ambiance de folie. 

Les artistes étrangers, à l’image de Macklemore, étaient subjugués de l’ambiance des festivals français, où “chaque festivalier est unique”. Il a même été emporté par cette folie en empruntant un bâton coiffé d’une licorne à une festivalière pour une chanson en sautant partout sur scène comme un cabri.

Christine and The Queens, qui, comme ré-incarnée en Michael Jackson a prouvé qu’elle avait encore son mot à dire sur la scène musicale française. Ou encore le chanteur de Bring me the Horizon qui a montré une grande complicité avec ses fans en prenant des photos avec nombre de ceux du premier rang ou en chantant avec eux…

Bref, les trois jours ont été hauts en couleurs… Skip The Use, eux, ont carrément organisé un 1,2,3 soleil géant où un des festivaliers ayant bougé a pour gage l’obligation de venir les voir sur chacune de leur date cette année… Il y a pire comme punition…

Autre temps fort, DJ Snake, quant à lui, jouant à domicile, a pu mettre le feu dans un set électro ahurissant qui s’est fini en pogo géant pour les plus valeureux d’entre nous… (Précision : je n’ai pas fait partie des plus vaillants sur ce coup-là)

Martin Garrrrrixxxx !

Tous ces moments, forts en émotions pour les festivaliers, ont montré que bien que le Mainsquare se soit hissé avec les années dans le top 3 des festivals Français, il reste un événement familial et bon enfant sans être une usine à gaz comme certains de leurs camarades.

Quand un objectif d’appareil photo se ballade, les yeux sont forcément attirés par celui-ci, sauras-tu trouver tous les “coucous” à la caméra ?

Car si les gens ont pu s’éclater devant les scènes musicales, le village a lui aussi créé des émules… Avec de nombreux stands organisant des jeux ou de la prévention… Lancer de pommes de terre, jeux du fakir, dj set en plein air, ou exposition géante des têtes d’affiche du passé, il y avait de quoi faire… Trois jours n’étaient pas de trop pour montrer tout ce que le Mainsquare avait à proposer. 

De nombreux stands d’envergure se trouvaient sur le village !

Et la bonne nouvelle, c’est ce que cela n’est pas prêt de s’arrêter, car avant de donner le coup d’envoi du festival, une convention a été signée entre le Mainsquare, la communauté urbaine d’Arras et la ville d’Arras pour aider à coup sûr le festival encore (au moins) sept ans ! Un festival qui séduit plus que jamais la région Hauts-de-France puisque plus de 80% des festivaliers viennent du coin !

Alors on t’attend dès l’an prochain… D’ici là, soignons nos cloques et nettoyons nos chaussures aujourd’hui poussiéreuses des allers-retours de plusieurs kilomètres d’une scène à l’autre pendant trois jours.

Partager l'article

À propos de l’auteur

Hugo Blin

Laisser un commentaire