Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Lauréat depuis peu du « prix Goncourt des lycéens » pour son roman « Petit Pays », Gaël Faye revient à sa première vocation, le rap. Il chante toute sa hargne et sa révolte dans « Irruption », son premier morceau depuis la publication de son livre.

Quatre ans plus tôt le rappeur franco-rwandais, Gaël Faye, nous présentait son premier album « Pili Pili sur un croissant au beurre ». Un premier opus très sophistiqué et réfléchit mélangeant un tas de sonorités étrangères dans lequel il nous narrait son parcours entre la France et l’Afrique. Le tout en abordant des thèmes brûlants tels que le métissage, l’exil ou encore le génocide qui l’a forcé a quitter son pays natal pour venir s’installer en France en 1995. Avec la publication de son roman très récompensé « Petit Pays », la notoriété de Gaël Faye prend une ampleur considérable. Il décide donc de revenir à la musique avec le titre engagé « Irruption », extrait de son nouvel album « Rythme & Botanique » qui sera dans les bacs le 14 avril prochain.

« Poème volcanique en réponse aux intolérances et aux racismes qui asphyxient la société française »

Nous pouvons affirmer, dès la première écoute, que Gaël Faye est aussi doué en rap qu’avec sa plume. Dans son morceau « Irruption » l’artiste nous dépeint un monde à l’agonie tiraillé par des fléaux actuels tels que la montée du fascisme, de l’extrémisme religieux ou encore par la pollution.

On n’a plus 20 ans mais on n’aura jamais 60 Car on bouffe du bisphénol à l’heure d’une planète suffocante

Avec ce titre le rappeur franco-rwandais arrive à nous faire frissonner tout en nous balançant une énorme claque en plein visage. S’imposant comme la voix d’une génération délaissée, il rappe les travers, malaises et préjugés de l’époque si particulière qu’est la notre. Ce discours se conclut par une partie plus douce à la trompette synonyme d’apaisement, comme si le chanteur était soulagé d’avoir dit haut et fort tout ce qu’il jugeait nécessaire de l’être. Ce morceau est accompagné d’un clip très sombre entièrement en noir et blanc dépeignant un monde urbain révolté (« extra-muros ») souffrant d’une répression exercée par la surveillance des caméras et la police. Ce premier extrait, et réel coup de coeur, annonce en beauté son nouvel album « Rythme & Botanique ».

Partager l'article

À propos de l’auteur

Guitariste et passionné de musique depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours vécu au rythme des chansons que j'écoutais. Rock, Blues, Reggae, Rap, musique du monde… En passant des Clash à Rodrigo y Gabriela ou encore de David Bowie jusqu’aux Arctic Monkeys, je suis toujours curieux de découvrir de nouvelles choses et de les faire partager autour de moi.