Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Cinquante-deux carnets de timbres à l’image de David Bowie ont été envoyés ce mardi au cœur de l’univers ! La rencontre d’un personnage aux mille et une facettes avec nos amis les extraterrestres. Un voyage qu’il ne fallait pas manquer…

Un hommage céleste

Malgré sa disparition, David Bowie continue de vivre à travers les esprits. Décédé en 2016, nos amis les british ont souhaité honorer la mémoire du chanteur. Après les Pink Floyd et les Beatles, c’est désormais au tour de celui-ci de bénéficier de timbres à son effigie ! Pas moins d’une cinquantaine de carnets ont été expédiés en trajet direct vers la stratosphère. Accrochés à un ballon d’hélium, ils ont été propulsés à 34.000 mètres d’altitude. Les pseudos « montgolfières » devaient terminer leur ascension au terme d’une explosion et revenir sur la planète Terre pour le plus grand ravissement des fans. 

Une chasse à l’or

Au programme de cette course contre les timbres, les fans les plus aguerris au phénomène Bowie peuvent participer à un concours avec pour objectif : démasquer les points de chute des timbres. Si jamais ils devinent où ils sont, alors ils pourront obtenir l’une des éditions limitées venues du ciel ! Pour donner ne serait qu’un peu de chance aux participants, la poste britannique a égaré ça et là quelques indices sur ses comptes Facebook et Twitter. Une collection unique en son genre, représentant les couvertures des plus grands albums de l’artiste. De plus, concernant les carnets qui n’ont pas été envoyé dans l’espace, vous pouvez en faire l’acquisition via le site de la Royal Mail !

Pour le reste des fans, ne soyez pas inquiets. Il y en aura pour tout le monde puisque les bureaux de postes britanniques vont mettre en vente un carnet composé de 10 timbres entièrement dévoué à la carrière de David Bowie !

Petit retour en chanson.

Partager l'article

À propos de l’auteur

Marion Sebastia

’ai toujours aimé écrire. Comme j’ai toujours rêvé d’être dans cette foule, au festival de Woodstock, les pieds nus emportée par la musique et figée dans l’instant. J’aurais aimé vivre à l’époque « Gainsbarre »... J’écoute du Tame Impala et danse en culotte le matin quand je suis seule sur du Baxter Dury. C’est une raison pour me lever le matin. Après le café.