Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

U2 est un groupe de rock irlandais formé en 1976 à Dublin. Son leader et chanteur n’est autre que Bono, on retrouve également The Edge à la guitare (mais aussi au piano et au chant), Adam Clayton à la basse et enfin Larry Mullen Jr. à la batterie.  

La formation : Celui qui est et restera l’investigateur de l’aventure U2 n’est autre que Larry Mullen. En effet, en 1976, tout juste renvoyé d’une fanfare dû à son style un peu trop rock n’ roll, il lance une petite annonce dans son école « Dublin’s Mount Temple School » pour former un groupe de rock. Il se met alors en contact avec Adam Clayton, puis les frères David et Dick Evans qui sont guitaristes. Le groupe rencontrera par la suite Paul Hewson, surnommé pendant longtemps par sa troupe d’artistes « Bono Vox » (référence à une boutique de matériel pour sourds). Paul sera par la suite recruter par Adam Clayton et Larry Mullen et deviendra chanteur et parolier du groupe. Baptisé au départ, le « Larry Mullen’s Band », les cinq membres improvisent des séances de répétition chez les parents du leader de l’époque : Larry Mullen. Par la suite, le groupe se fait appeler « Feedback », en référence au bruit produit par l’amplificateur lors d’un concours de musique organisé dans le réfectoire de l’école en 1977 : lors de cette prestation, les jeunes musiciens reprennent des titres des Beach Boys et de Peter Frampton. Ils ne remportent pas le premier prix mais semblent très apprécié du public. Ayant gagnés de l’assurance, le groupe se baptisera, par la suite, les « The Hype ». Paul Hewson, quant à lui, garde son surnom de « Bono Vox » et le raccourcit par « Bono » : c’est notamment à ce moment précis, que le groupe fait connaissance d’un des proches du parolier, Dave Evans, surnommé « The Edge ».

Les premières années : Avec une formation solide et des musiciens talentueux, l’aventure commence sur les chapeaux de roues et plus précisément en1978 où le groupe fait sa première apparition à l’émission télévisée « Our Times ». Adam Clayton devient alors le manager du groupe et cherche à représenter son propre groupe dans de nombreux pubs dublinois. On se demande souvent d’où est venu l’idée d’appeler le groupe « U2 » : en effet, il semblerait que cette appellation provienne de Steve Averill – designer de publicités et chanteur du groupe de puk rock, les Radiators From Space – qui leur a suggéré ce nom en référence à l’avion espion américain abattu en Union Soviétique quelques temps avant la naissance de Bono. Cette appellation est très réfléchie et facilement mémorisable, étant donné que « U2 » peut également signifié « vous aussi ». Le nom est difficilement accepté par plusieurs membres du groupe qui partageront même leurs concerts avec une partie sous le nom de « The Hype » et une autre sous « U2 ». La même année, le groupe participe à un concours baptisé « Limerick Civic Week Pop ’78 Competition » dont les sponsors sont : la CBS, Harp Laver et Evening Press où ils décrocheront le premier prix sous le nom de « U2 ». Mais ce n’est pas tout : ils reçoivent également un cadeau incroyable, celui d’une séance d’enregistrement gratuite aux Keystone Studios (Dublin) avec comme directrice, Jackie Hayden. Dick Evans quittera le groupe peu de temps après.

Rencontre avec Paul McGuinness : Les rencontres se succèdent pour le groupe et notamment celle entre Adam Clayton et Bill Graham, qui n’est autre qu’un rédacteur du magazine Hot Press. Cette rencontre va se montrer primordiale : en effet, Bill conseille vivement à Adam de se trouver un agent pour son groupe et lui. C’est alors qu’en mai 1978, Paul McGuinness se rend au Project Art Center de Dublin pour assister à un concert de U2 et Virgin Prunes. Impressionné par la prestation et l’énergie de ces quatre jeunes artistiques, Paul accepte de devenir leur manager : une véritable alliance s’opère entre les cinq hommes. Les répétitions s’accélèrent et Paul se montre très exigeant envers le groupe. Néanmoins, les preuves commencent à tomber et les concerts s’enchaînent, notamment lors de la première partie des Stranglers assurée par U2 (septembre 1978) où le public est très nombreux. C’est en 1978 que Bono et sa troupe entre aux Keystone Studios de Dublin où ils pourront enregistrés plusieurs morceaux, notamment : « The Fool », « Street Mission » et « Shadows and Tall Trees ». Plusieurs drames apparaîtront suite à ses enregistrements : d’abord les reçus dans plusieurs maisons de disques, mais également le décès tragique de la mère de Larry Mullen qui rendra le groupe encore plus fort que lors de sa formation.

1979’s, les premiers succès : U2 se constitue peu à peu un public et une communauté de fans en Irlande. Ils n’hésitent même pas à se produire dans des lieux atypiques (notamment sur des parkings de supermarché) pour attirer encore plus de monde. C’est en 1979 et par l’aide de leur manager, Paul McGuinness, que le succès se montre au jour : en effet, fort de conviction, Paul demande à une filiale du label CBS d’éditer un 45 tours : cette demande suivra l’enregistrement de trois titres au Windmill Lane Studio, respectivement « Out of Control », « Stories for Boys » et « Boy-Girl » qui seront rassemblés finalement dans un EP (Extended Play). « Three » sort de son nid en septembre 1979 en 1000 exemplaires destinés au marché irlandais uniquement. Fort d’un succès tout juste naissant, U2 enchaîne les dates, poussé par McGuinness qui multiplie les rencontres professionnelles : notamment lors d’un concert au Baggot Inn où des salariés du label EMI sont invités. Le groupe commence à douter de voir peu de retour de la part de leurs collaborateurs et décide de partir quelques temps à Londres, la même année. Dans la ville, le succès n’est toujours pas au rendez-vous, malgré quelques dates mémorables, notamment lorsque le crew fait la première partie d’Orchestral Manœuvres in the Dark et celle des Talking Heads. Ennuyés par un succès qui n’est décidément pas présent, le groupe repart en Irlande.

Le retour en selle : L’année 1980 s’annonce sous de meilleurs auspices du côté du groupe : en effet, U2 se voit participer à l’émission « The Late Late Show » (diffusée par la RTE) où U2 gagne la première place devant des groupes tels Thin Lizzy, Boomtown Rats… Quelques semaines plus tard, le 45 tours « Another Day » paraîtra par la CBS. Fiers de ce succès soudain, Paul McGuinness décide d’organiser une tournée de quelques dates en Irlande avec des prestations données aux quatre coins du pays et notamment un concert de clôture au national Boxing Stadium de Dublin. Et qui dit concert dans un lieu d’exception, dit forcément public d’exception : pas étonnant donc d’apprendre que Bill Stewart – travailleur chez Island Records – été présent ce soir-là. Agréablement étonné par la prestation du groupe, Bill décide de leur faire signer un contrat international pour quatre albums en quatre ans avec Island Records, célèbre maison de disques dans le pays. La même année, les singles « 11 O’Clock Tick Tock » et « Touch » seront enregistrés au Windmill Lane Studio. Le producteur Martin Hannett sera engagé par le groupe pour les aider à baisser leur image de « groupe de punk ». Une tournée en Angleterre suivra la même année, malgré un manque d’engouement suscité par le public pour le disque.

L’heure du premier album : Pour accompagner leur début de carrière prometteur, le groupe décide d’engager un jeune producteur du milieu nommé Steve Lillywhite, connu notamment pour ses travaux aux côtés de Siouxsie and the Banshees et XTC. Une première œuvre verra rapidement le jour – plus précisément en août 1980 – et sera baptisée « A Day Without Me ». Avec l’argent récolté, le groupe décide de repartir à la conquête de l’Angleterre, toujours la même année, enchaînant concert sur concert où le public se montre de plus en plus nombreux. A la fin de cette « mini-tournée », le groupe est de retour dans son pays natal pour de nouveaux enregistrements et notamment celui de son premier album baptisé « Boy ». Fort de caractère et d’une pochette d’album plus que marquante – celle d’un enfant torse nu – l’opus entrera dans le top 75 des Etats-Unis – à l’époque très puritaine – avec une pochette d’album différente. Le single « I Will Folow » fait son entrée dans le monde de la musique et marque le début d’une tournée britannique et européenne avec notamment plusieurs passages aux Pays-Bas et en Belgique, mais aussi un concert en France et plus précisément à l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat (Vaulx-en-Velin). U2 jouera également aux Etats-Unis durant la fin de l’année 1980 et tout au long de 1981. Bruce Springsteen sera même impatient d’assister au concert du groupe donné à l’Hammersmith Palais aux Etats-Unis.

Le succès continue : Le single « Fire » sort peu de temps avant le deuxième album du groupe baptisé « October » (octobre 1981). Le titre entre dans le Top 40 en Grande-Bretagne, premier succès d’une longue série pour le groupe. Puis c’est au tour de « Gloria » d’entrer dans la danse qui fait l’objet du premier vidéo-clip officiel du groupe. Une nouvelle tournée signe son grand départ avec de nombreux dates en Angleterre où les salles sont à chaque fois pleines. L’album « October »  rencontre un succès immédiat et se place dans le Top 20 en Grande-Bretagne. Début 1982,  le single « A Celebration » fait son apparition et est une œuvre à part des deux opus précédents.

Le troisième album « War » : En 1983, le troisième album du groupe, baptisé « War » fait son apparition et confère une renommée internationale à U2 qui se montre plus engagé notamment politiquement. En effet, des titres comme « Sunday Bloody Sunday » ou « New Year’s Day » sortent rapidement et deviennent rapidement de véritables hits en puissance. L'album lui-même se classe no 1 au Royaume-Uni et entre dans le Top 20 américain. Un album en public est publié en 1983 et plus précisément « Under a Blood Red Sky » composé de plusieurs titres live, afin d’éviter les albums pirates – celui-ci sera notamment produit par Jimmy Iovine. U2 sera avec celui-ci considéré comme « le groupe de l’année » par le magazine Rolling Stones.

Voyage à l’international : Quelque peu essoufflés et en manque d’inspiration, Bono fait appel à Brian Eno – célèbre pour ses travaux avec David Bowie - pour les aider à sortir de cette impasse. Le travail sur le quatrième album studio du groupe, « The Unforgettable Fire », commence : on y retrouvera notamment des connotations au drame passé à Hiroshima. Composé de nombreux titres, on y entendra notamment « M.L.K » et « Pride (In the Name of Love », l’album est publié en octobre 1984, suivi de près par une nouvelle tournée de plusieurs mois.  En juillet 1984, U2 crée le label Mother Records, qui signera plus tard Hothouse Flowers, An Emotional Fish et Cactus World News. Un EP sort en 1985 en Amérique du Nord et au Japon et sera baptisé « Wide Awake in America ». U2 est partout et tout le monde veut les voir : pas étonnant donc de les voir débarquer au Live Aid – concerts donnés à la fois en Europe et aux Etats-Unis et organisés par Bob Geldof – dans un but caritatif et plus précisément pour lutter contre la famine en Afrique. De son côté, Bono travaille avec d’autres groupes, notamment avec Steven Van Zandt pour l’album « Sun City », mais aussi avec Keith Richards pour une version acoustique de « Silver and Hold ».

Again and again : En 1987, « The Joshua Tree » fait son apparition et constitue le cinquième album studio du groupe qui déclare son amour profond pour l’Amérique : on y retrouvera notamment le titre « Bullet the Blue Sky », « With Or Without You » également qui atteindra la première place aux Etats-Unis. L’album devient l’opus le plus rapidement vendu au monde et sera même certifié platine en moins de 48h après sa sortie. Une tournée promotionnelle débutera la même année aux Etats-Unis avec plus de cent concerts ce qui appuiera le succès mémorable du groupe. U2 recevra également deux Grammy Awards, un Best International Group Award aux BPI Awards et fera, pendant quelques mois, l’objet de nombreuses couvertures de journaux, notamment celle du Time Magazine ». Au niveau de la popularité internationale, U2 est  l'un des plus grands groupes anglophones à suivre, aux côtés de Depeche Mode ou The Cure. Lors du Joshua Tree World Tour, un documentaire au format cinéma – aux côtés de Paramount - débutera par Phil Joanou et durera tout le long des centaines de dates. Le long-métrage sera baptisé « Rattle and Hum » et sortira en 1988 en même temps qu’un album du même nom. D’ailleurs, dans celui-ci, on peut retrouver le titre « Desire » et plusieurs collaborations. À l'automne 1989, U2 entame une tournée baptisé le « Lovetown Tour »  de cinq mois pleins avec notamment huit concerts  à Sydney et à Melbourne, mais aussi au Japon et en Europe – notamment à Paris, Dortmund, Amsterdam et Dublin.

Place aux 90’s : Les rumeurs vont bon train au début des années 1990 concernant une possible séparation du groupe suite à un éloignement de la scène médiatique. Néanmoins, U2 continue d’accumuler les projets, notamment avec l’album hommage à Cole Porter baptisé « Hot and Blue ». De nombreuses personnalités musicales et artistiques prennent une place de plus en plus importante dans le paysage du groupe, notamment : David Byrne, Annie Lennox ou encore Iggy Pop. Le prochain opus semble en préparation et combat tous les contretemps, notamment lors du vol d’une copie dans la chambre d’hôtel du groupe à Berlin (1991) qui sera par la suite vendue sous le nom de « The New U2 – Rehearsels And Full Versions ». L’année 1991 se finit avec la sortie de l’album « Achtung Baby » - vendu à 15 millions d’exemplaires dans le monde -dans lequel on retrouve notamment le titre « The Fly » et « One ». Une tournée promotionnelle pour ce nouveau disque débute en 1992, elle sera notamment nommée le « Zoo TV Tour » en référence aux médias omniprésents lors de la guerre du Golfe. Chaque concert constituera une véritable révolution car retransmis dans le monde entier grâce à une station de télévision embarquée. Cette tournée représentera certainement la plus marquante et plus travaillée par le groupe U2. Plusieurs concerts en plein air seront également donnés quelques mois plus tard, sous le nom de « Outside Broadcast Tour » où la technique sera au premier plan avec des écrans TV géants et autres matériels futuristes. Engagé et engageant, c’est durant cette période que le groupe, et plus précisément Bono, s’exprime clairement sur son soutien à la présidence de Bill Clinton, face à George H. W. Bush. En pleine tournée baptisée cette fois-ci « Zooropa », U2 multiplie les dates notamment en Europe et prépare la sortie de l’album du même nom qui sera très vite au sommet des charts aux Etats-Unis en juillet 1993. Amateur des scandales, Bono n’hésite pas à se déguiser et à provoquer notamment avec le personnage « McPhisto », parfait mélange entre Mephisto et McDonald’s, qui appelle des personnalités publiques en live à chaque fin de concerts, on y retrouvera par exemple : Jean-Marie Le Pen ou la nièce de Mussolini. Une nouvelle tournée débute, la 11e pour le groupe, baptisée « Zoomerang Tour » et parcourt l’Asie et l’Océanie, mais aussi l’Australie. La même année, U2 remporte un nouveau Brit Award (le 4e au total) pour ses prestations.

Une pause pour repartir : après des mois de dure labeur et de tournée, le groupe s’octroie une pause amplement méritée en 1994. Néanmoins, en travailleurs aguerris qu’ils sont, les membres de U2 enregistrent de nombreux titres, notamment « Hold Me Thrill Me Kiss Me Kill Me » que l’on retrouvera pour la BO du film « Batman Forever ». Le groupe enregistre ensuite, sous le nom de The Passenger, l’album « Original Soundtracks 1 ». Certains membres, notamment Adam et Larry, s’intéressent encore plus au cinéma et réalise la bande originale du film « Mission Impossible » et les autres continuent dans la musique, notamment Edge et Bono qui rédige pour Tina Turner le titre « GoldenEye » qui sera repris pour le dix-septième film « James Bond ».

Le PopMart Tour : Les succès s’enchaînent du côté de U2 dans les années 1990 et encore plus en 1997 où le morceau « Discothèque » et son clip vidéo sur les Village People fait son apparition. Cette sortie annoncera notamment le début d’un album inédit baptisé « Pop » où on retrouvera notamment des rythmes plus dance. Et comme à son habitude, le groupe se lance dans une tournée promotionnelle, ici baptisée « PopMart » avec une date de lancement faite le 12 février 1997 au K-Mart de New-York. Concerts après concerts, U2 multiplie les salles d’exception et passe dans de nombreuses villes européennes, notamment à Rotterdam où le groupe en profite pour enregistrer un nouvelle version de « Please ». D’autres dates auront également lieu à Tel-Aviv et Sarajevo, mais aussi au Mexique, en Amérique du Sud, en Asie, à Johannesburg et en Afrique du Sud.

Le millénaire : Durant l’année 1998, le groupe participe à l’enregistrement du titre « Perfect Day » à l’instigation de Lou Reed et fait partie intégrante du 200e épisode de la série animée : les Simpsons. Une première compilation intitulée « U2 The Best Of 1980-1990 » fait également son apparition, accompagnée d’un autre CD. Entre temps, un autre projet voit le jour : celui du scénario que Bono a écrit et nommé « The Million Dollar Hotel » qui sera mis en forme par Wim Wenders – la date de sortie est estimée au 24 décembre 1999 - et dans lequel on retrouvera notamment Mel Gibson et Milla Jovovich. Le premier site officiel de U2 sort sur Internet au début de l’année 2000 et offre aux nombreux fans des extraits ou teasers du prochain album en cours qui portera le titre « All That You Can’t Leave Behind », peu de temps avant la sortie du morceau « Beautiful Day ». U2 repart sur les routes d’une tournée – nommée « Elevation Tour 2001 » avant même que l’opus ne fasse son apparition : le groupe passera notamment dans les villes de Paris, New-York, Londres et beaucoup d’autres. Toujours intéressé par le cinéma, le groupe participe à la B.O. du film « Tomb Raider » avec le single devenu rapidement célèbre « Elevation » et enregistre dans la foulée le morceau « Children of the Revolution ». La tournée traverse les États-Unis (50 dates), puis l'Europe (33 dates) et devient la plus tournée la plus lucrative depuis le « Voodoo Lounge Tour » des Rolling Stones en 1994. Au sommet de la gloire, le groupe en profite pour multiplier les apparitions notamment aux Grammys, aux Meteor Music Awards, mais surtout au Super Bowl où ils se produisent à mi-temps. Malgré de lourdes rumeurs concernant une séparation du groupe due aux engagements politiques et sociologiques de Bono, U2 assure sa force envers et contre tout. Une nouvelle chanson fait son apparition sous forme d’extraits vidéos, celle-ci se nomme « The Hands That Built America » - présente dans le film « Gangs of New York » de Martin Scorsese. Mais ce n’est pas tout : Bono continue de livrer ses talents pour le cinéma puisqu’il réalisera même la B.O. du film « L’homme de la Riviera » de Neil Jordan. En 2003, les récompenses commencent à pleuvoir du côté du groupe et plus précisément pour Bono qui reçoit la Légion d’honneur à l’Elysée par Jacques Chirac, à côté du titre « The Hands That Built America » qui est nommé pour les Oscars. 

La suite de l’apogée : En 2004, un nouvel album est en préparation et un mini-concert est organisé par le groupe à Londres durant lequel trois titres inédits sont dévoilés et quelques jours plus tard, c’est au tour du clip de « All Because of You » de faire son apparition, mettant en avant les rues de Manhattan. Le premier single de l’opus inédit, baptisé « How to Dismantle an Atomic bomb », fait son apparition sur les ondes en novembre de la même année. Véritable succès, ce 11e album montera rapidement les marches des charts dans de nombreux pays. U2 créera également, la même année, une alliance avec Apple dans le but de vendre une série de balades iPod avec la signature du groupe. Début 2005, les titres « Sometimes You Can’t Make It on Your Own » et « All Because of You » sont dévoilés. Toujours la même année, le top départ de la tournée « Vertigo // 2005 » est lancé et débute au Sports Arena de San Diego en Californie. Le groupe en est certes à son 11e album, néanmoins des morceaux présents sur l’opus « Boy » - le premier du groupe – font également l’objet de prestations exceptionnelles. Le clip de « City of Blinding Lights » est enregistré quelques semaines ensuite à Vancouver au Canada et plus précisément au General Motors Place. Durant cette même tournée, le groupe se rend au Stade de France pour deux concerts qui seront très rapidement sold-out. Plus tard, des concerts à Washington, Londres, Paris, Berlin, Rome, Moscou et même Tokyo sont organisés. De retour en Amérique du Nord, U2 se rend – environ sept fois – au Madison Square Garden (New-York), peu de temps avant la sortie du titre « All Because of You » et de « Original of the Species ».  Le dernier concert de la tournée mondiale Vertigo se déroulera en décembre 2006 à l’Aloha Stadium d’Honolulu (Hawaii). Peu de temps après, le groupe U2 sera considéré comme l’un des plus grands groupe de rock du monde.

A l’automne 2006, Bono rejoint ses musiciens pour commencer l’enregistrement d’un nouvel album aux côtés du producteur Rick Rubin (connu pour ses travaux avec AC/DC notamment). U2 continue également les collaborations et notamment une des plus prestigieuses avec Green Day pour la reprise de « The Saints Are Coming » de The Skids, qui sera notamment interpréter par les deux groupes lors d’un concert au Louisiana Superdime de La Nouvelle-Orléans. Le prochain opus est enregistré dans les studios de l’Abbey Road (célèbres pour les sessions d’enregistrement des Beatles). En novembre, c’est au tour du best of « U218 Singles » de faire son apparition sur les ondes, marquant la séparation du groupe et de son label, Island Records – ce coffret sera notamment produit par le label Mercury.

En 2007, U2 ne s’est toujours pas désintéressé du monde du cinéma, pas étonnant donc de voir le groupe présenté son film en 3D sur sa dernière tournée « Vertigo Tour » au 60e Festival de Cannes. Fin de la même année, c’est au tour de l’ablum « The Joshua Tree » d’être remasteurisé à l’occasion du 20e anniversaire d’existence du groupe. Toujours sur la même lancée, Bono et ses acolytes en profitent en 2008 pour rééditer plusieurs de leurs œuvres artistiques, notamment avec la sortie de leurs trois premiers albums, respectivement « Boy », « October », « War » et enfin « The Unforgettable Fire » (1984) vers la fin 2009 à l’occasion du 25e anniversaire du groupe.

L’heure du 12e album : Le douzième album du groupe fait sa grande entrée dans le monde musical courant 2009. Intitulé « No Line on the Horizon », on y retrouve notamment le titre « Get on Your Boots ». Une tournée baptisée « The U2 360° Tour » succède à cette sortie inédite et proposera surtout des concerts en Europe, mais également un concert à Londres sur le toit de la BBC et au Rose Bowl. Cette tournée promotionnelle sera arrêtée soudainement car Bono, le leader du groupe, doit se faire opérer d’urgence annulant plus de seize dates et notamment un passage prévu pour le 25 juin au Glastonbury Festival. Néanmoins, pas de soucis pour les nombreux fans laissés sur le carreau, puisque la tournée reprendra de plus belle le 6 août à Turin avec l’interprétation de nombreux titres inédits, notamment « Every Breaking Wave » et « Boy Fall From the Sky ». Au total, la tournée aura duré plus de deux ans et se présentera comme la plus lucrative de l’histoire de la musique.

 

U2 et son come-back en 2014 : Les tournées se finissent, il est temps pour U2 de se consacrer au successeur de « No Line on the Horizon » qui sera enregistré aux studios Electric Lady de New-York. Le 13e album du groupe se fait quelque peu attendre, malgré des titres inédits tels « Ordinary Love » qui font leurs apparitions (ce morceau sera notamment utilisé pour la B.O. du film « Long Walk to Freedom » basé sur Nelson Mandela et qui récompensera le groupe d’un Golden Globe en 2014). Ce sera ensuite au tour de « Invisible » de faire sa grande entrée durant le SuperBowl. L’opus arrive enfin lors d’une conférence Apple sur les chapeaux de roues et est baptisé « Songs of Innocence ». Comme toujours, une tournée promotionnelle débute pour le groupe et sera nommée « Innocence and Experience Tour » avec de nombreuses dates au Canada, à Paris, à Turin et aussi à Dublin où on retrouvera notamment la présence d’Eagles of Death Metal lors du concert de clôture, ou encore Jimmy Fallon, Lady Gaga et même Bruce Springsteen.

 

Un dernier pour la route ? : La tournée achevée, le groupe décide quand même de continuer sur les routes et promet de dévoiler de nouveaux morceaux, notamment « Landlady » et « Where The Shadows Fall ». Les rumeurs se confirment et se multiplient concernant un 14e album de U2 rendant les fans encore plus hystériques qu’à leurs débuts. Le groupe décide alors d’officialiser la chose et confirme la sortie d’un nouvel album baptisé « Songs of Experience » et le lancement d’une tournée pour 2017 nommée « The Joshua Tree Tour 2017 » avec plus d’une trentaine de dates prévues dans le monde. Un premier titre est balancé par le groupe : il se nomme « The Little Things That Give You Away » et donne le la d’un prochain carton en puissance.