Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Coup de pub ou étrange métaphore narcissique… Entre les deux, notre plume balance. Pour fêter son titre d’artiste le plus streamé de l’année 2017, Ed Sheeran s’est mangé lui même. Etrange, et pourtant élémentaire mon cher Watson. 

The Ginger Ed Man

Si vous pensiez Ed Sheeran allergique à toute forme de publicité à son effigie (rappelons que l’artiste se disait fatigué de cette mise en abime très démocratisée par les stars sur les réseaux sociaux, c’est d’ailleurs pour cela qu’il avait subitement quitté ses plateformes), et bien détrompez-vous. Quoi qu’il fasse croire, il est désormais bel et bien l’artiste le plus streamé de l’année 2017 selon Spotify. Une grande nouvelle, peu surprenante à la fois, qui a fait naitre une publicité autour de ce titre très respecté dans la sphère musicale. On ne saurait en faire ressortir le but exact, le fait est que la vidéo en question plonge directement les spectateurs dans l’ambiance de Noël, avec Ed à côté d’un sapin (après tout, c’est lui, votre plus beau cadeau de l’année). Si la publicité débute par une allégorie du chanteur, représenté en biscuit de Noël (Ginger Ed Man) en train de chanter le titre « Perfect » ; la suite, elle part dans ce que l’on pourrait qualifier… d’égo-trip. Ed Sheeran, le vrai, croque à pleines dents ce fameux biscuit à son effigie, histoire de le faire taire une bonne fois pour toutes ? Tout en le mâchant goulument, une phrase apparait alors à ses côtés : « Félicitations Ed Sheeran. L’artiste le plus streamé de l’année 2017 » .

On ne sait pas vraiment quelle mouche a piqué qui, ni quoi d’ailleurs. Cette fameuse publicité divise sur la toile : alors que certains y voient une touche d’humour et de dérision, d’autres froncent les sourcils sur ce coup de marketing étrangement pensé, le considérant comme un peu trop nombriliste.

Joyeux Noël !

Partager l'article

À propos de l’auteur

’ai toujours aimé écrire. Comme j’ai toujours rêvé d’être dans cette foule, au festival de Woodstock, les pieds nus emportée par la musique et figée dans l’instant. J’aurais aimé vivre à l’époque « Gainsbarre »... J’écoute du Tame Impala et danse en culotte le matin quand je suis seule sur du Baxter Dury. C’est une raison pour me lever le matin. Après le café.