Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Perturbant, expérimental, le nouveau projet de Jack White est assez difficile à classer. Intitulé « Portions from my Boarding House Reach » , son dernier morceau si on peut l’appeler ainsi, nous plonge tout droit dans la matrice de l’artiste. 

De l’expérimental au subliminal

Réputé pour sa créativité débordante, Jack White dévoile en dévoile aujourd’hui les coulisses. Pas de photos studios non, mais plutôt une compilation d’idées sonores, illustrées le temps de 4 minutes… étranges. Baptisé  « Portions from my Boarding House Reach » , le nouveau titre/projet/concept (appelez-le comme bon vous semble) a tout d’un message subliminal. Avec un nom qui parle de lui-même, la nouvelle expérience proposée par Jack White a tout d’un condensé d’idées sorties de leur refuge (la fameuse maison où s’est exilé Jack White pour se concentrer sur son futur projet), de celles qui sont susceptibles d’illustrer son prochain album. Si l’ex White Stripes a posé ça là sans précision aucune, les questions elles, sont sur toutes les lèvres. Et pour cause, petit à petit, Jack White fait son nid. Alors oui, les puristes diront que la discrétion et le mystère forgent cette légende qu’est devenu White dans la sphère musicale. Pourtant, le chanteur sait aussi y faire en matière de teasing. Il y a encore quelques mois, alors qu’on le savait aussi sur un projet de livre pour enfants et que « Battle Cry » faisait subtilement surface, White dévoilait les prémices de son prochain album, celui-là même qu’il annonçait comme pratiquement terminé.

Tout vient à point à qui sait attendre, on l’aura bien compris avec Jack White. Patience donc, et il y a matière à. Le temps de plancher sur « Portions from my Boarding House Reach » , White aura peut-être dévoilé le pot aux roses.

Partager l'article

À propos de l’auteur

’ai toujours aimé écrire. Comme j’ai toujours rêvé d’être dans cette foule, au festival de Woodstock, les pieds nus emportée par la musique et figée dans l’instant. J’aurais aimé vivre à l’époque « Gainsbarre »... J’écoute du Tame Impala et danse en culotte le matin quand je suis seule sur du Baxter Dury. C’est une raison pour me lever le matin. Après le café.