Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Acid Arab, c’est un savant duo de la capitale, composé de Guido Minisky et Hervé Cavarlho. Les princes de la sonorité hybride mêlent dans leurs musiques rythmes orientaux et sonorités électroniques avec une agilité déconcertante. La bonne nouvelle ? Ils sortent leur premier album, Musique de France, dès la rentrée prochaine.

L’esprit Acid Arab

Déjà quatre belles années que les deux artistes nous font voyager, en musique, de l’Orient à l’Occident. Acid Arab, c’est avant tout un projet collaboratif entre passionnés, à la croisée de deux ghettos musicaux presque oubliés : celui de l’acid house née à Chicago, et celui des musiques traditionnelles du monde arabe. Depuis, avec une aisance qu’on leur envie, les deux Djs mènent une véritable révolution musicale, avec à leur compteur une série de remix et de collaborations qui ne manquent pas de faire vibrer le dancefloor.

Une nouvelle escale pour Octobre

« Il ne faut jamais dire jamais », c’est un peu le mantra du jour pour notre duo électro. Il faut savoir que, hormis deux EP (Acid Arab Collections en 2013 / Djazirat El Maghreb en 2015) et une compilation Versatile Records, Acid Arab n’avait jusqu’alors jamais sorti d’album. Aujourd’hui, c’est désormais chose faite : le duo parisien signe chez Crammed Discs et donnera naissance à son tout premier album le 7 octobre prochain : Musique de France. Au programme ? De beaux featurings (on nous a chuchoté des noms comme Kenzi Bourras, Sofiane Saidi ou encore Jawad El Garrouge) et des tonalités d’acid qui nous font déjà saliver.

On vous laisse avec une petite mise en bouche : comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, on vous fait écouter le second extrait de leur futur album, « Buzg Blues », disponible sur Sound Cloud.

Alors, heureux ?

Partager l'article

À propos de l’auteur

’ai toujours aimé écrire. Comme j’ai toujours rêvé d’être dans cette foule, au festival de Woodstock, les pieds nus emportée par la musique et figée dans l’instant. J’aurais aimé vivre à l’époque « Gainsbarre »... J’écoute du Tame Impala et danse en culotte le matin quand je suis seule sur du Baxter Dury. C’est une raison pour me lever le matin. Après le café.