Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Il y a près de 40 ans, un groupe pas comme les autres s’apprêtait en entrer en scène et bouleverser la planète toute entière : The Clash. Apportant un métissage et une diversité musicale jamais vus auparavant, ils sont venus ringardiser la « beatlemania » de l’époque, en s’imposant comme parmi les plus adulés et reconnus de tout les temps.

Surgit en pleine montée du mouvement punk avec les Sex Pistols en Grande Bretagne et les Ramones aux États-Unis, les Clash ont bousculé les standards de l’époque avec des textes engagés autant sur le plan social que musical. Composé de Mick Jones, le rockeur énergique, Paul Simonon, le playboy iconique sur la pochette de « London Calling« , Topper Headon, le batteur alliant finesse et puissance, et Joe Strummer, leader et pierre angulaire du groupe permettant une harmonie parfaite ; le groupe de punk rock britannique allait déferler sur le Royaume Uni et le monde entier. Leur premier album éponyme « The Clash » sortait le 8 avril 1977, nous avons donc décidé de célébrer les 40 ans de cet opus inoubliable avec un top 5 des chansons iconiques du groupe.

#05 : Rock The Casbah – 1982

Inspirée suite à l’interdiction de diffuser de la musique Rock en Iran par l’Ayatollah Khomeini, cette chanson est considérée comme l’un des plus grands succès de The Clash. Elle raconte l’histoire d’une population qui se soulève contre cette loi en « retournant la Casbah » . A la fin de ce titre, les autorités du pays finissent par faire la fête en écoutant le groove léger et entrainant de « Rock The Casbah » sur une boombox.

#04 : (White Man) in Hammersmith Palais – 1978

Voilà le premier morceau « Punky Reggae » entièrement écrit par le groupe ! Strummer a trouvé l’inspiration après avoir assisté à un concert de Reggae à Hammersmith Palais où il était le seul blanc présent. La chanson soulève plusieurs problème de l’époque comme le racisme, la violence ou encore la répartition des richesses dans le monde. Avec ce titre, les Clash nous prouvent aussi qu’il savent se détacher de l’esprit Punk, dont Strummer critique l’étroitesse d’esprit, et nous proposer quelque chose de différent.

#03 : The Magnificent Seven – 1980

Nous sommes en 1980, le Hip-Hop pointe son nez avec des groupes comme Grandmaster Flash & The Furious Five et voilà que les Clash sortent « Sandinista!« . L’album débute sur un titre avec une batterie maitrisé, un riff de basse bien funky et un flow digne d’un MC Hammer fustigeant la sur-consommation et la publicité omniprésente. Cette chanson c’est The Magnificent Seven et elle nous met toujours autant la pêche en 2017 !

#02 : White Riot – 1977

Au lendemain des émeutes de Nothing Hill (1976) où Strummer et Simonon étaient présent surgit le premier single de The Clash, déclarant officiellement ouverte l’ère Punk au Royaume Uni. Le titre « émeute blanche », (mal) interprété par certain comme une incitation à la guerre raciale, fait en réalité allusion a une émeute sociale incitant les jeunes blancs à se rebeller pour une réelle cause (racisme, injustice, inégalité…) comme l’avait fait la jeunesse noire dans le passé.

#01 : London Calling – 1979

Réelle dénonciation du régime de Thatcher, ce morceau s’en prend férocement aux symboles britanniques envisageant même potentielle une fin du monde. « All that phoney Beatlemania has bitten the dust ». Son titre fait allusion au slogan « This is London calling… » utilisé par la BBC durant la seconde guerre mondiale. Les Clash s’en servent, eux aussi, comme moyen direct de communication avec la population, lui demandant ainsi de se réveiller et de faire bouger les choses. Ce titre introduisant le chef d’oeuvre éponyme qu’est l’album « London Calling » est désormais considéré comme l’une des meilleures chansons de tout les temps selon le magazine Rolling Stones.

Partager l'article

À propos de l’auteur

Guitariste et passionné de musique depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours vécu au rythme des chansons que j'écoutais. Rock, Blues, Reggae, Rap, musique du monde… En passant des Clash à Rodrigo y Gabriela ou encore de David Bowie jusqu’aux Arctic Monkeys, je suis toujours curieux de découvrir de nouvelles choses et de les faire partager autour de moi.